Français : Pour améliorer les écrits

(actualisé le )

● La formulation des consignes d’écriture :

En lien avec les activités de lecture et/ou d’oral, les consignes d’écriture doivent tout d’abord avoir du sens même si celui-ci est scolaire !
Il est important que la consigne fournisse clairement les informations suivantes :

- qui s’exprime et à quelle personne (1ère ou 3ème) ?

- A qui s’adresse ce dernier et est-il éventuellement nommé dans le texte ?

- Sur quoi porte l’écrit ?

- Quelle période, par rapport au moment de l’écriture, est évoquée : le passé, le présent, le futur ?

- Quelles sont les intentions de l’auteur du texte ?

- Eventuellement (pour des élèves sans grandes difficultés), sur quel ton (humoristique, polémique, neutre…) doit-il s’exprimer ?

- Sous quelle forme sera présenté le texte : une simple rédaction, un article de presse, une lettre… ?

La reformulation par les élèves et la confirmation par le professeur des contraintes précitées permettra de se représenter la situation de communication dans laquelle est inscrit ce travail et les normes de présentation à respecter.

Pour exemple :

Dans la page Libre expression du journal de votre établissement, vous rédigez un article d’une vingtaine de lignes en faveur du développement durable. Vous vous exprimez au nom des camarades de votre groupe pour convaincre, avec enthousiasme, tous les jeunes de votre établissement d’adopter aujourd’hui une conduite écologique.

● L’explicitation par l’élève lui-même de ses choix d’écriture :

Il est fréquent de constater, dans une même copie, des orthographes différentes pour un même mot, des conjugaisons et des accords grammaticaux parfois justes, parfois erronés, des constructions syntaxiques correctes, d’autres fautives…
De plus, certains se sont construit leurs propres règles. Pour exemple, un élève dit qu’il a écrit les chaisent « parce que c’est au pluriel »....
Il est donc important de permettre à ces jeunes d’expliquer pourquoi ils ont écrit tel mot ainsi, de confronter leurs propositions à d’autres et d’en induire des normes à respecter. Sans ces moments d’échange avec les élèves sur leurs productions, il y a fort à parier que le rappel de la règle soit inutile.

● L’évaluation et la notation :

Pour les élèves en grandes difficultés, il est vain de penser qu’une « mauvaise » note aura une influence sur les productions à venir. Bien au contraire, il faut les sécuriser, les encourager et ne pas raturer leur copie de rouge. C’est pourquoi l’épreuve d’écriture longue du CAP évalue, non pas la norme mais des progrès. Nous renvoyons les professeurs au document d’accompagnement du CAP déjà cité.