Seconde professionnelle à orientation progressive.

(actualisé le )

1) Objectifs :

En réponse à la demande de plusieurs chefs d’établissement et au regard des bilans de l’orientation dans les filières de bac pro de ces établissements, l’académie de Versailles propose d’améliorer l’orientation à l’entrée des voies professionnelles en expérimentant un accueil en classe de seconde professionnelle à orientation progressive.

Il s’agit de modifier les équilibres entre les formations attractives et celles qui ne le sont pas, de manière à soutenir ces dernières. Les derniers résultats de l’affectation mettent en évidence un désintérêt marqué des élèves pour un certain nombre de baccalauréats professionnels industriels, porteurs d’insertion professionnelle :

  • Maintenance des Equipements Industriels
  • Pilote de Ligne de Production
  • Technicien Menuisier Agenceur

Grâce à une découverte approfondie par les élèves des ambitions de chacun des diplômes, un des objectifs de mieux les répartir dans chacune des formations. Il s’agit en particulier des baccalauréats professionnels Electrotechnique, Agencement Environnement Architectural et Technicien Constructeur Bois.

Pour consolider l’orientation des élèves en seconde professionnelle, les équipes s’engagent à :

  • Éclairer le jeune sur ses aptitudes
  • Améliorer sa connaissance du métier et de la formation concernant des baccalauréats professionnels différents
  • Approfondir leurs représentations du monde professionnel
  • Ancrer l’enseignement général dans les usages concrets
  • Motiver pour des métiers et des spécialités porteurs

Les actions envisagées dans les établissements permettront également d’atteindre d’autres objectifs :

  • Eviter le décrochage
  • Améliorer la performance scolaire, les résultats aux examens et les poursuites d’études
  • Obtenir une meilleure adéquation entre le profil d’aptitudes de l’élève et la formation qu’il suit.

L’expérimentation envisagée dans quelques établissements pour la rentrée 2014 a pour objectif d’améliorer l’information sur les différents baccalauréats professionnels en retardant le moment du choix de la spécialité, dans le respect de la carte des formations, des contenus et des masses horaires globales affectés aux enseignements.

Cette expérimentation n’est évidemment possible que lorsque les spécialités de baccalauréat professionnel préparées par les établissements ont une proximité dans les référentiels qui autorise un temps commun de formation sur la première partie de la seconde professionnelle. Elle pourrait permettre de dynamiser les équipes, de casser les organisations cloisonnées.

2) Etablissements concernés - rentrée 2014 :

Dans un premier temps, cette expérimentation concernera un nombre limité d’établissements, avec une représentation des différents départements. Elle impose qu’on puisse travailler avec des équipes volontaires, qui ont la volonté d’investir une réflexion pédagogique nouvelle. Les établissements ci-après ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt pour ce projet :

Yvelines :

  • Lycée Louis Blériot de Trappes (filières « maintenance industrielle », « Electrotechnique ELEEC », Systèmes Electroniques ASI et TR)
  • Lycée Bascan de Rambouillet (filières « Pilote de production industrielle » et « Electrotechnique ELEEC » et « Technicien d’Usinage)
  • Lycée Vaucanson Les Mureaux( filières Vente et Commerce)
  • Lycée Viollet-le-Duc de Villiers Saint-Frédéric (filières « Bois Menuisier Agenceur et Constructeur bois »)

Essonne :

  • Lycée L’Essouriau des Ulis (filières « Pilote de production industrielle », « Electrotechnique ELEEC » et « Maintenance Industrielle »)
  • Lycée Gustave Eiffel Massy (filières Bâtiment « Assistant d’architecte » et « Gros œuvre étude et économie »)

Val d’Oise :

  • Lycée du Vexin de Chars (filières « Maintenance Industrielle » et « Electrotechnique »)
  • Lycée Edmond Rostand St Ouen L’Aumône (filières « Services »)

Il n’y a pas d’expérimentation engagée dans les Hauts de Seine.

3) Modalités et premiers constats :

Le principe est de mettre en place, sur une durée laissée à l’appréciation de chaque établissement une période de découverte / détermination à l’entrée en classe de seconde professionnelle. Au terme de cette période, le choix de la spécialité du baccalauréat professionnel devra s’effectuer de manière plus raisonnée, en connaissance des caractéristiques véritables de chacune des formations, des métiers préparés et des poursuites d’études possibles.

Cela nécessite toutefois une communication claire et précise en direction des familles.
A l’issue de la période de découverte/détermination, la spécialité de baccalauréat professionnel
dans laquelle l’élève sera inscrit sera déterminée en concertation entre l’établissement et la
famille.

Les premiers constats montrent :

  • La diversité des projets proposés, innovants tant dans la démarche que dans les contenus,
  • un intérêt certain pour les jeunes pour ce dispositif, se traduisant par une posture adaptée et un respect des lieux et matériels,
  • une augmentation sensible des résultats,
  • Une plus-value pour ces classes apportée par les équipes pédagogiques.